Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail en Indonésie organisé avec la collaboration de la KSPI et de la JILAF en Indonésie

Photo d’ensemble

La JILAF, en collaboration avec la Confederation of Indonesian Trade Unions (CITU/KSPI) a organisé, durant 6 jours, du 30 octobre au 4 novembre à Bekasi dans la province de Java occidental en Indonésie, un séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail.
Le séminaire a accueilli 115 personnes (dont 19 femmes) parmi lesquelles se trouvaient les conférenciers : invité de l'ambassade du Japon en Indonésie, représentant du Ministère du Travail et de l’immigration, représentant de la Fédération des employeurs, etc... Reflétant bien la représentation japonaise dans la région organisatrice, le séminaire a accueilli plus de 45 membres des syndicats des entreprises japonaises.

Lors du discours d’ouverture, M. Tominan, le substitut du président de la CITU/KSPI, qui intervenait en tant que représentant des membres organisateurs a dit : « Pour les activités futures, profitons bien de cette occasion qui est offerte par la JILAF et le gouvernement japonais et remercions-les ». M. Shioda, Secrétaire général de la JILAF, a fait part de ses souhaits en disant : « Malgré l’évolution et le développement accéléré de l’économie de l’ASEAN à laquelle appartient l’Indonésie, on ne peut pas dire que les salaires, la Sécurité sociale et la mise en valeur des ressources humaines soient suffisants. Je veux que ce séminaire, qui revêt une signification particulière dans cette région où de nombreuses entreprises japonaises se sont implantées, soit utile pour votre futur ». Le premier secrétaire de l'ambassade du Japon en Indonésie, M. Honda a, de son côté, présenté ses salutations en tant qu’invité de cette réunion.

Ensuite se sont tenues des conférences et des tables rondes qui ont été l’occasion pour les participants d’exprimer leurs avis.

Dans la conférence spéciale, le chef de Service de la protection sociale de la Direction des relations sociales au Ministère du Travail, M. SUMONDAN a expliqué qu’il ne s’agit pas seulement de s’opposer aux employeurs et d’aborder les questions de salaires, mais les syndicats doivent aborder les mesures concernant les ressources et les investissements des entreprises, la tendance financière et la chaîne de fourniture mondiale. M. Ivan, membre du comité de la direction de la CITU/KSPI, a quant à lui, indiqué que le gouvernement a eu tort de donner la priorité aux grandes entreprises dans le cercle vicieux où l’économie ralentit et la consommation stagne et que le décret no. 78 de 2015 (fixant le calcul du salaire minimum) a dévié du principe de la protection des travailleurs. M. Shioda a donné un discours intitulé « Rôle et défis du mouvement syndical au Japon » et les participants ont posé de nombreuses questions sur les moyens de consultations patronat-syndicat au Japon.

L’après-midi, dans le cadre d’une autre conférence spéciale, M.Gounturu de l’APINDO (Asosiasi Pengusaha Indonesia : Association des employeurs de l'Indonésie) a donné une conférence sur les relations patronat-syndicat et la distribution équitable. Il a souligné l’importance de résoudre les problèmes à travers les discussions entre acteurs sociaux tripartites.

Ensuite, M. Gounturu, M.Shioda et M. Sofyan, vice-président de la CITU/KSPI ont animé une table ronde sur le thème « Activités syndicales visant la distribution équitable » et le vice-président a attiré l’attention des participants sur le problème du décret No.78. M.Shioda a, de son côté, parlé de la distribution équitable au Japon en expliquant que sa réalisation est l’enjeu des négociations dans n’importe quel pays. Pour M. Gounturu, le salaire minimum sert à la protection des travailleurs, et il a souligné qu’il est nécessaire que les employeurs et les travailleurs y réfléchissent ensemble à long terme.

Au deuxième jour, après avoir établi des constats notamment sur les salaires, les participants divisés par secteur ont établi un plan d’action après en avoir discuté. Le décret no.78 ayant fait l’objet d’avis contraires, a suscité des remarques de la plupart des groupes. .

Lors de la cérémonie de clôture du séminaire, M.Shioda a fait la synthèse et exprimé ses souhaits en disant : « Ce séminaire a mis en exergue de nombreux problèmes tels que le décret no.78 ou l’aménagement du système des salaires. Les participants venus des entreprises japonaises semblent nombreux et la plupart des employeurs des entreprises japonaises participe activement aux débats avec les membres du syndicat. Je souhaite que dans un contexte d’évolution économique et sociale, les dirigeants syndicaux mènent leurs activités avec l’esprit des premiers pionniers et sachent mettre en place des relations patronat-syndicat constructives tout en conservant les bases culturelles et sociales de l’Indonésie »

Programme

DateContenu
11/01Mar1er jour de séminaire
11/02Mer2ème jour de séminaire

Photos des participants

Salutations d’ouverture

Conférence spéciale 1

Conférence spéciale 2

Questions des participants

Discussion en groupes

Salutations de M. Shioda, Secrétaire général de la JILAF