Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail organisé avec la collaboration de l’ITUC-TC et de la JILAF en Thaïlande

Photo de groupe du séminaire dans la province de Chachoengsao

La JILAF, en collaboration avec le Conseil Thaïlandais de la Confédération Internationale des Syndicats (ITUC-TC), a organisé, les 7 et 9 juillet, un séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail. Au séminaire qui a eu lieu le 7 juillet dans la province de Chachoengsao et le 9 à Bangkok, ont participé, au total, 116 personnes, notamment les leaders de 4 centres nationaux de l’ITUC-TC et des principaux syndicats des différents secteurs (ceux des entreprises japonaises) ainsi que les représentants du Ministère du Travail et de la Fédération des employeurs.

Au cours du séminaire du 7 juillet dans la province de Chachoengsao, M. Oyama, Conseiller, M.PURAMOTO, directeur de la direction des activités des employeurs et des relations sociales du Ministère du Travail, M.GAAN, suppléant du secrétaire général de l’ ITUC-TC (secrétaire général du Thai Trade Union Congress(TTUC)), M. ROMUSAI, conseiller de l’ECOT (Confédération Patronale de Thaïlande), M.Takago, Premier secrétaire d'ambassade du Japon en Thaïlande, et M. Sudo, superviseur sénior pour l'ingénierie etofficier général de coordination du Bureau régional de l'OIT pour l'Asie et le Pacifique, ont d’abord offert leurs salutations en insistant sur l’importance de la tenue de ce séminaire et en souhaitant qu’il serve de déclancheur dans la construction de relations patronat-syndicat saines et dans la réalisation des progrès vers un meilleur statut et un meilleur niveau de vie des travailleurs.
M. Koyama a donné un discours sur le rôle et les défis du mouvement syndical au Japon, en expliquant notamment la mise en place de relations constructives entre partenaires sociaux, la stabilisation de l’emploi et la prévention des conflits de travail inutiles, les efforts pour la stabilisation de l’emploi, y compris les évolutions historiques des syndicats japonais. Les participants ont posé des questions notamment sur 1) le rôle et les critères de sélection des membres du comité d’intérêt public dans la composition tripartite du comité de travail ; 2) les critères fixant la répartition équitable dans les 3 principes de productivité et : 3) les mesures prises face à l’emploi précaire des employeurs irréguliers au Japon et M. Koyama y a répondu en évoquant la situation actuelle et les objectifs futurs.

Ensuite, lors de la présentation (de cas particuliers) d’expériences particulières, les participants ont évoqué 1) les contre-mesures prises lorsque les employeurs ne respectent pas les conventions collectives ; 2) les contre-mesures lors d’un lockout et les solutions et ; 3) le fait que les syndicats dans les entreprises japonaises consultent au préalable la direction pour établir le contenu de leurs revendications avant de les présenter officiellement. Les participants ont ainsi reconnu qu’ils continuent leurs efforts pour créer des relations patronat -syndicat saines en se référant au modèle japonais. Les discussions de groupes se déroulaient autour des thèmes « les mesures prises pour la création de relations patronat-syndicat saines » et « la prévention des conflits de travail inutiles ». Les représentants de chaque groupe ont souligné : 1) l’importance de ce que les employeurs et les syndicats se respectent mutuellement et créent une relation de confiance ; 2) la nécessité d’assurer la transparence de la gestion notamment à travers la publication des informations sur la gestion et ; 3) la nécessité d’améliorer la communication entre employeurs et syndicats à travers les discussions et consultations régulières tout en partageant les informations, pour créer des relations patronat-syndicat constructives.

Après l’exposé de chaque groupe, M. Sékiguchi et les représentants du Ministère du travail thaïlandais et de l’ECOT ont ajouté leurs commentaires chaque fois que cela leur a paru opportun. Avant de clore le séminaire, M. Koyama a ajouté qu’il est important que les syndicats eux-mêmes soient reconnus comme véritable représentant des travailleurs par les employeurs et que les leaders syndicaux communiquent étroitement avec les syndiqués sur leur lieu de travail, écoutent leurs avis et leurs demandes pour les résumer et affronter les employeurs.

Au cours du séminaire du 7 juillet dans la province de Chachoengsao, M.Oyama, Conseiller, M. PURAMOTO, directeur de la direction des activités des employeurs et des relations sociales du Ministère du Travail, M. GAAN, suppléant du secrétaire général de l’ ITUC-TC (secrétaire général du Thai Trade Union Congress(TTUC)), M. UKURITTO, conseiller de l’ECOT, M.Takago, Premier secrétaire d'ambassade du Japon en Thaïlande, M. Sudo, superviseur sénior pour l'ingénierie et officier général de coordination du Bureau régional de l'OIT pour l'Asie et le Pacifique, ont d’abord offert leurs salutations en insistant sur l’importance de la tenue de ce séminaire et en souhaitant qu’il serve de déclancheur dans la construction de relations patronat-syndicat saines et le renforcement du mouvement du travail ainsi que du dialogue social.

M. Koyama a donné le même discours (sur le rôle et les défis du mouvement syndical au Japon) mais il y a ajouté un aperçu du système de sécurité sociale au Japon et de la loi sur la réforme des méthodes de travail. Les participants ont posé des questions notamment sur
1) l’interdiction de la subvention financière aux syndicats et les finances des syndicats ; 2) le refus des conventions collectives par les employeurs ; 3) les modalités concrètes afférentes à l’attribution de l’allocation assurance emploi ; 4) la durabilité du régime des retraites dans une société qui vieillit et ; 5) les mesures prises pour l’augmentation du taux de natalité, et M. Koyama y a répondu en évoquant la situation actuelle et les objectifs futurs.

Les discussions en groupes se déroulaient autour des thèmes « les mesures prises pour la création de relations patronat-syndicat saines » et « les enjeux sociaux et économiques pour lesquels les syndicats s’unissent et se mobilisent ». Les représentants de chaque groupe ont souligné : 1) l’importance de ce que les employeurs et les syndicats se respectent mutuellement et communiquent étroitement ; 2) la nécessité de la discussion et de la négociation entre employeurs et syndicats tout en partageant notamment les informations sur la gestion pour créer des relations patronat-syndicat constructives. On a cité comme enjeux face auxquels les syndicats se mobilisent : 1) l’amélioration du système de sécurité sociale ; 2) les cas de ratification de la Convention de l’OIT et ; 3) les cas de modification du Code du travail obsolète. Après l’exposé de chaque groupe, M. Sékiguchi, les représentants du Ministère du travail thaïlandais et de l’ECOT et M.Takago ont ajouté leurs commentaires chaque fois que cela leur a paru opportun. Enfin, M. Koyama a ajouté qu’il espère que la communication non seulement entre employeurs et syndicats mais aussi à l’intérieur des syndicats s’approfondisse pour créer les relations patronat-syndicat souhaitées par les représentants de tous les groupes, et que la discussion s’élargisse parmi les acteurs syndicaux ou entre acteurs tripartites afin de faire face aux différents problèmes sociaux.

Programme

DateContenu
07/07Sam.1er jour de séminaire (Chachoengsao)
08/07Dim.2ème jour de séminaire (Bangkok)

Photos des participants

Discours donné par M. Oyama (Bongkok)

Salutations offertes par M. PURAMOTO (Chachoengsao)

Salutations offertes par M. Takago(Chachoengsao)

Salutations offertes par M. Sudo (Chachoengsao)

Discussion en groupes (Chachoengsao)

Photo de groupe du séminaire (Bongkok)

Salutations offertes par M. GAAN (Bongkok)

Salutations offertes par M. UKURITTO, (Bongkok)

Présentations par groupe (Bongkok)