Équipe du Bangladesh et de la Mongolie

Cérémonie d’ouverture

La JILAF a invité au Japon du 3 (lun.) au 16 (dim.) décembre, 11 membres (dont 4 femmes) venus du Bangladesh et de la Mongolie et a achevé le programme de formation.

Dans le discours sur le rôle et les défis du mouvement syndical au Japon, les participants ont approfondi leur compréhension sur l'histoire des syndicats japonais d’après-guerre et leur contribution à la société et à l’économie, et sur les luttes syndicales du printemps au Japon (Shunto). Les participants ont demandé ce que la Rengo pense du taux de syndicalisation et des relations entre les syndicats régionaux et les syndicats par secteur.
Dans le discours sur la législation du travail et la sécurité sociale au Japon, les participants ont pris connaissance des nouvelles lois, ont eu un aperçu de la sécurité sociale au Japon et ont compris ce qu’est la société de bienfaisance au Japon (assurance médicale, assurance emploi, pension, etc.). Et ils ont aussi approfondi leurs connaissances sur le mécanisme des négociations collectives au Japon.
Au cours de la conférence qui s’est tenue lors de la visite au Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, les participants ont étudié l’emploi, les méthodes de travail et le rôle de l’administration du travail. Les participants ont activement posé les uns après les autres des questions notamment sur les avantages et les inconvénients d’utiliser des travailleurs étrangers pour compenser la future pénurie de main-d'œuvre, sur le mécanisme d'embauche des personnes handicapées et sur les mesures concrètes pour la prévention des karoshi (mort par excès de travail).
Lors de la visite à la Rengo (Confédération des Syndicats Japonais), ils ont pris connaissance des grandes lignes de l’organisation et de ses activités principales. Le représentant de la direction du bien-être social a aussi donné un aperçu des différents efforts entrepris. Les participants ont posé des questions sur l'âge auquel on peut percevoir la pension publique et sur la manière de la gérer puis ils ont échangé activement sur les efforts concrets de la Rengo pour les pays en développement qui font face aux violations des droits tels que la liberté d'association et le droit aux conflits.
Les conférences par secteur ont été l’occasion de visiter le Jichiro (Syndicat japonais des employés municipaux et du personnel des préfectures) où les participants ont pris connaissance des activités du syndicat. Les participants ont discuté des mesures à prendre pour la syndicalisation des jeunes travailleurs tout en constatant que la syndicalisation dans leur pays ne progresse pas et ils ont bien saisi les rapports de coopération entre le Jichiro et d’autres organisations par secteur.

Au Centre Japonais de Productivité (Japan Productivity Center), les participants ont écouté une explication sur les trois principes de la productivité, sur les relations patronat-syndicat au Japon et leurs coutumes usuelles et ils ont développé leurs connaissances sur la garantie des droits des travailleurs dans les petites et moyennes entreprises.
Dans le discours intitulé « Gestion démocratique du syndicat », les participants ont échangé activement leurs points de vue sur le moyen de faire comprendre aux travailleurs de leur entreprise les avantages de l’adhésion au syndicat.

Lors de la Réunion d’information sur la situation du travail, les représentants de chaque pays ont rendu compte de la situation du travail et des défis dans chacun de leur pays. Les membres des deux pays ont présenté, comme problèmes communs, la tendance à l’augmentation des travailleurs du secteur informel qui ne bénéficient pas de la sécurité sociale et l’urgence de faire des efforts pour améliorer leur situation au travers de la syndicalisation. Les représentants du Bangladesh ont entre autres évoqué le fait que le gouvernement intervient souvent dans les activités des syndicats et les efforts faits pour résoudre ces problèmes. De même, les représentants de la Mongolie ont évoqué l’amendement à la loi sur le relèvement de de l’âge de la retraite et sur l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

À la Chuo Rokin (Chuo Labour Bank ou Banque des travailleurs du département de Saitama), ils ont écouté l’histoire de la fondation, ses principes et ses activités. Les participants ont alors posé des questions sur les méthodes concrètes de gestion telles que le système des prêts et des financements propres de la Rokin.
Au premier jour du programme de la Rengo Saitama, les participants ont visité le Polytechnic Center (Centre polytechnique de Formations Professionnelles) et le Hello Work (Pôle Emploi japonais). Au Polytechnic Center, ils ont pris connaissance des efforts et objectifs du Centre avant d’observer l’établissement. Les participants ont alors posé des questions sur les conditions d’inscription à la formation telles que les frais d'inscription, les frais de formation, les allocations etc. et le taux d'emploi escompté.
Lors de la visite du Hello Work, les membres ont reçu des explications sur l’exploitation du système d’assurance-emploi au Japon et sur lesystème de placement avant de visiter l’établissement. Ils sont restés admiratifs devant l’organisation du Hello Work.

Lors des échanges de points de vue avec les cadres de la Rengo Saitama, les participants ont échangé activement leurs points de vue sur la diminution du nombre des syndiqués et le faible taux de participation des jeunes et des femmes.

Au 2ème jour du séminaire, ils ont visité l'usine de construction des trains de la JR Est à Omiya et ont discuté avec les représentants des employeurs et des syndicats. Les participants ont alors posé des questions, les uns après les autres, sur les soins particuliers destinés aux travailleurs tels que le contrôle de la température de l'usine, les allocations spéciales et la prévention des accidents du travail et ils ont compris les défis et les efforts des employeurs et du syndicat de l’usine.
Dans les discussions de groupes, ils ont échangé activement leurs points de vue sur l’attitude des cadres et des syndicats lors des négociations collectives. Au cours de la discussion, les participants ont alors posé des questions sur la manière de transmettre efficacement les propositions des travailleurs et sur les solutions concrètes pour compenser le manque d’éducation et de connaissances.

Lors de la conférence donnée par la Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises), le conférencier a expliqué les relations patronat-syndicat du point de vue des associations d’employeurs. Les participants sont restés admiratifs devant la manière de négocier les salaires au Japon et face à la situation actuelle de la hausse de salaires.

Lors de la visite à la Zenrosai Kyokai (Fédération Nationale des Syndicats de la Mutualité Nationale des Travailleurs), le représentant a expliqué l’aide mutuelle en tant que système non lucratif. Et les membres ont montré un fort intérêt pour ce système d’aide mutuelle visant la sécurité et la stabilisation des conditions de vie.
Plan d’action
Les participants ont proposé les plans d'action suivants. Les participants ont montré un vif intérêt pour l’augmentation du taux de syndicalisation, pour la création des coopératives et la mise en place de la formation au développement des compétences professionnelles qui contribuent à l'amélioration de la vie et des revenus des travailleurs. Ils ont conçu plusieurs plans d’action de ce type.
(1) Développer davantage le syndicat et la syndicalisation. Par ailleurs, créer des coopératives et former un réseau de travailleurs. (Bangladesh / Mongolie)
(2) Mettre en place la formation professionnelle pour les travailleurs dans les secteurs de l’informatique et de la couture et améliorer les compétences de tous les travailleurs (Bangladesh)
(3) Construire dans le futur un système d'aide mutuelle géré par le syndicat, ce qui n’existe nulle part dans le pays (Bangladesh).
(4) Partager ce que l’on a appris avec les dirigeants syndicaux du pays pour s’en servir au moment des négociations patronales-syndicales. Par ailleurs, essayer de construire une relation qui donne des avantages à la fois aux employeurs et aux syndicats à travers par exemple l’offre d’informations préalables sur les questions à soumettre à l'employeur. (Mongolie)

Liste des organisations ayant participé à cette visite

Centre Japonais de ProductivitéChuo Rokin
ZenrosaikyokaiJichiro
KeidanrenJR East

Un grand merci à tous.

Équipe du Bangladesh et de la Mongolie Participants de l'équipe

ITUC-BC(BMSF)

1.NameMr. MOHAMMED NURUL ABSER
 Position
 Union experience10

ITUC-BC(BMSF)

2.NameMs. Sharmin Jahan Tunu
 Position
 Union experience6

ITUC-BC(BSSF)

3.NameMr. MD SAHEB ULLAH BHUIYAN
 Position
 Union experience35

ITUC-BC(JSL)

4.NameMr. A K M RAFIQUL ISLAM
 Position
 Union experience15

ITUC-BC(BJSD)

5.NameMr. MD. ABDUL GOFUR
 Position
 Union experience15

ITUC-BC(BFTUC)

6.NameMs. IFFAT ARA SHELY
 Union experience12

ITUC-BC(BLF)

7.NameMr. Md Abul Kalam
 Union experience7

8.NameBatzorig Jalkhar
 Position
 Union experience17

9.NameMr. Buyanjargal Khuyag
 Union experience20

10.NameMs. Enkhbayasgalan Dorj
 Position
 Union experience12

11.NameMs. Altantuya Yadam
 Position
 Union experience10

Photos des participants

Visite par secteur (Jichiro)

Programme de la Rengo Saitama (Polytechnic Center)

Programme de la Rengo Saitama (Usine de construction des trains de la JR Est à Omiya)