Organisation du Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail au Sri Lanka organisé en commun par le CWC, la NTUF, le SLNSS et la JILAF

Le séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail au Sri Lanka organisé en commun par le CWC, la NTUF, le SLNSS et la JILAF s’est tenu à Colombo au Sri Lanka les 12 et 13 octobre et à Nuwara Eliya le 15 octobre.

Dans le séminaire organisé à Colombo, après le rituel traditionnel du pays (Allumage de la traditionnelle lampe à huile), M.Saito, Vice-Secrétaire Général de la JILAF, a expliqué la signification profonde de ce séminaire co-organisé par 3 entités affiliées à la Confédération internationale des syndicats Asie-Pacifique (ITUC-AP) avant de présenter ses salutations à l’ouverture de la cérémonie.

Ensuite, en tant que représentant du gouvernement sri-lankais, M. Wimalaweera, Directeur-général du Ministère du Travail, en tant que représentant des employeurs, M. Prasad da Silva, vice-secrétaire général de l’EFC (Employers' Federation of Ceylon ou Fédération des employeurs de Ceylan) et en tant que représentants des syndicats, M. Arulsamy (ancien député et ancien directeur général du département de l’éducation de Nuwara Eliya), vice-président du CWC (Congrès des travailleurs de Ceylan), M. Padmasiri, secrétaire général de la NTUF (Confédération des syndicats du Sri Lanka) et M. Leslie, secrétaire général du SLNSS (Sri Lanka Nidahas Sewaka Sangamaya) ont présenté leurs remerciements à la JILAF et au gouvernement japonais pour leur soutien et leur collaboration continue.

Les représentants des syndicats ont présenté les problèmes auxquels sont confrontés leurs centres nationaux (limitation de la liberté d’association dans certaines régions, relations conflictuelles entre patrons et syndicats avérées et accentuées au rythme du progrès de la globalisation, modification du Code du Travail qui accorde de l’importance à la flexibilité de l’emploi et développement de l’économie soutenue par le secteur informel) puis ont souligné qu’« il est très important dans ce séminaire d’étudier les exemples japonais notamment dans le domaine des relations constructives patronat-syndicat et des efforts pour la stabilisation de l’emploi ».

Dans la conférence No.1, M. Saito a donné un discours sur la « Mise en place de relations constructives entre partenaires sociaux à la manière japonaise et la prévention des conflits de travail inutiles » où il a expliqué les grandes lignes afférentes à :
1) l’histoire des syndicats au Japon ;
2) leur situation actuelle ;
3) leur fonctionnement et leur rôle ;
4) le ralliement et le rassemblement du mouvement social pour la protection des droits et l’amélioration du statut des travailleurs y compris dans les secteurs informels ; et
5) la confiance accrue envers les syndicats sur le lieu de travail ainsi que les efforts faits par les syndicats et les employeurs qui restent conscients de la nécessité d’améliorer l’environnement du travail et de stabiliser l’emploi.
Il a indiqué ensuite : « Je souhaite que vous vous référiez aux relations patronat-syndicat matures au Japon (collaboration via les consultations patronat-syndicat et règlement harmonieux des conflits à travers les négociations collectives) pour faire face aux relations patronat-syndicat qui se compliquent avec le développement de la globalisation de l’économie » puis a encouragé les participants à créer des relations patronat-syndicat saines.

Dans la conférence No.2, M. Prasad da Silva, a fait une présentation intitulée « Les particularités et les problèmes des relations patronat-syndicat sri-lankaises du point de vue des employeurs ».

Dans la conférence No.3, M. Wimalaweera a organisé une session intitulée « Les particularités et les problèmes des relations patronat-syndicat sri-lankaises du point de vue du gouvernement ».

Ensuite, les participants se sont divisés en trois groupes en fonction de leur centre national d’appartenance pour participer respectivement aux cours donnés sur les thèmes suivants : « Les problèmes dans les relations patronat-syndicat sri-lankaises / Pour la création de relations patronat-syndicat constructives et la stabilisation de l’emploi (Job Security) ». Chaque séminaire était animé respectivement par M. Marimuthu, premier vice-président du CWC, M. Nawaratna, conseiller de la NTUF) et M. Murajinge substitut du secrétaire général du SLNSS.

Au 2ème jour, les participants se sont répartis en groupe en fonction de leur centre national d’appartenance pour débattre sur le thème « Mettre en place des relations constructives patronat-syndicat».

Dans les présentations pour chaque centre national, on a présenté les avis suivants : « Nécessité d’établir des relations de confiance avec les patrons pour parvenir à des relations patronat-syndicat constructives et cela grâce à la volonté d’améliorer la productivité et la qualité pour assurer la compétitivité » ou « Il est utile pour les deux parties, patronat et syndicat, de créer des relations (patronat-syndicat) constructives à la japonaise, cet équilibre étant d’autant plus nécessaire que les relations sociales se compliquent au rythme de la mondialisation » et que « le problème au Sri Lanka, est que les employeurs ne respectent pas les syndicats et n’y sont pas favorables ».

Dans le séminaire organisé à Nuwara Eliya, après le rituel traditionnel du pays, M. Saito, a offert ses salutations à l’ouverture de la cérémonie et a exprimé son respect aux personnes concernées qui ont fait des efforts pour réaliser cette première organisation du séminaire dans cette ville.
Puis, M. Sivalingam, Président du CWC (ancien vice-ministre de l’Économie et du développement, député actuel et participant aux activités d’invitation de la JILAF), a témoigné sa profonde reconnaissance à la JILAF et au gouvernement japonais pour leur soutien et leur collaboration continue.

Dans la session 1, M.Saito, a fait un discours sur le thème principal de « La mise en place de relations constructives entre partenaires sociaux à la manière japonaise et la prévention des conflits de travail inutiles » tout en tenant compte de l’environnement local où on fait cas de nombreux conflits entre patronat et syndicats. Il a alors souligné l’importance de la construction de relations de confiance entre travailleurs et employeurs grâce à la contribution à l'amélioration de la productivité et du dialogue social.

Après plusieurs discours du CWC, les participants divisés en 2 groupes ont élaboré un plan d’action sur le thème de « La mise en place de relations constructives entre partenaires sociaux, de la stabilisation de l’emploi et de la prévention des conflits de travail inutiles ».
 
Les présentations devant tous les participants ont révélé une particularité propre au CWC qui regroupe les travailleurs des plantations (théier, gommier ou cocotier) contribuant à plus de vingt pour cent du PIB national. On a ainsi mis à jour :
1) la montée puissante sur le marché mondial des feuilles de thé moins cher et de bonne qualité notamment grâce à la mécanisation et à l’amélioration de la productivité dans les fermes au Kenya ;
2) le côté négatif (la réduction de l’emploi, la dégradation effective des conditions de travail) causé par la déstabilisation de la situation des pays importateurs de feuilles de thé au Moyen-Orient : l’Iran, l’Iraq et la Syrie ;
3) l’attitude déloyale des employeurs envers les syndicats et les conflits sociaux ; et
4) le départ des jeunes des fermes.

En tenant compte de ces explications, et pour améliorer la vie des travailleurs dans les fermes, les participants ont proposé :
1) la contribution à l’amélioration de la productivité et de la qualité pour assurer la compétitivité ;
2) la construction de relations des confiances réciproques patronat-syndicat sur la base de la sincérité et du respect ; et
3) la résolution des problèmes par la discussion avec la conscience de chacun de faire partie prenante en tant que partenaire social sur le lieu de travail.
Et M. Saito a donné le dernier avis de la JILAF avant de clore le séminaire.

Photos des participants