Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail en Thaïlande (juin 2014)

Les représentants du gouvernement, des syndicats et du patronat, invités au séminaire

La JILAF tenu les 21 et 22 juin un séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail dans la banlieue de Bangkok en collaboration avec l’ITUC-TC (Confédération Internationale des Syndicats, Conseil thaïlandais) et avec des participants de la CILT (Confédération du travail industriel de la Thaïlande). L’ITUC-TC se compose de la SERC (the State Enterprise Workers Relations Confederation) ; du LCT (Congrès du travail de Thaïlande) ; du TTUC (Congrès des syndicats thaïlandais) ; et du NCPE (Congrès national des salariés de l'industrie privée). La CILT, quant à elle, se compose de la TEAM (Confédération thaïlandaise des travailleurs de l’électroniques, de l’électroménagers, de l’automobile et du métal) ; de l’ALCT (le Congrès du travail de Thaïlande Automobile) ; de l’ICEM (le Conseil thaïlandais) ; de la TWFT (la Fédération thaïlandaise des travailleurs du textile et du vêtement).
Le thème principal de ce séminaire, qui a accueilli 111 participants, était « le développement socio-économique et le rôle social du mouvement des travailleurs ». Des dirigeants syndicaux de chaque organisation, des représentants du gouvernement thaïlandais (Ministère du Travail) et des organisations patronales ont participé au séminaire. Ils ont amplement discuté de questions telles que la situation socio-économique de la Thaïlande à venir, dans le cadre de la formation de la Communauté économique de l'ASEAN (AEC), ainsi que le rôle des syndicats dans le contexte de la mondialisation.
Dans une conférence intitulée « Le développement socio-économique et le rôle social du mouvement des travailleurs », la JILAF a proposé quelques questions à partir d'une variété de points de vue, telles que 1) le changement en Asie apporté par la mondialisation et la position de la Thaïlande - un pays central situé dans un immense bloc au fort potentiel économique comprenant l'Inde, le Népal, le Bangladesh et le Pakistan ainsi que les 10 membres de l'ASEAN - ; 2) la réponse à la mondialisation en identifiant la nature des changements environnementaux et la direction à suivre dans l'avenir ; 3) le rôle des syndicats dans un contexte de perte d'uniformité et d'accroissement des inégalités dans un monde regroupant des sociétés pré-modernes, modernes et contemporaines ; 4) la responsabilité du mouvement des travailleurs et de ses dirigeants dans le développement socio-économique et dans l’amélioration de la vie au niveau national ; et 5) la rationalisation du travail et l’accroissement des compétences de la main-d’œuvre, ainsi que la répartition équitable des bénéfices de l'entreprise.
Ensuite les représentants du gouvernement, des syndicats et des patronats ont tenu une discussion en groupe sur « le développement socio-économique et le rôle social du mouvement des travailleurs en Thaïlande ». Le représentant du gouvernement thaïlandais a exposé les efforts actuels du Conseil National pour la Paix et l'Ordre et a formulé ses attentes envers le mouvement des travailleurs en Thaïlande. Les autres participants ont exprimé ensuite leur accord avec les pratiques de gestion du travail et les relations patronat-syndicat constructives du Japon. Ils ont aussi répondu aux commentaires et demandes du public sur des questions telles que 1) l'économie informelle de la Thaïlande et les travailleurs du secteur informel ; 2) la diversification des modes de travail et l'emploi précaire ; 3) le système de retraite obligatoire et les pensions ; 4) les relations syndicat-patronat qui deviennent de plus en plus instables ; 5) la difficulté de rallier et d'intégrer les 14 centres nationaux ; et 6) les travailleurs illégaux traversant la frontière.
Le deuxième jour du séminaire, le professeur Sakdina, de l'Université de Thammasat, a donné une conférence d'un point de vue universitaire, intitulée « La mondialisation et l'AEC: le rôle du mouvement des travailleurs ». Tout en analysant la situation politique actuelle, il a évoqué des questions en suspens telles que la libéralisation du commerce agricole de l'AEC et la libéralisation progressive de neuf domaines prioritaires. Pour que les syndicats fassent face à l'économie mondiale, le professeur Sakdina a souligné l'importance 1) d'intégrer le mouvement des travailleurs en Thaïlande dans un centre national unique ainsi que de promouvoir l’organisation et l'expansion des syndicats ; 2) de renforcer des capacités organisationnelles à travers le développement des ressources humaines ; 3) d’établir des systèmes d'aide mutuelle par les syndicats ; 4) de renforcer les capacités de négociation des syndicats d'entreprise et de promouvoir le principe d'égalité entre travailleurs et employeurs. Il a également prôné la nécessité de passer d'un mouvement de lutte à un mouvement de dialogue.
Enfin, suite aux discussions en groupe et aux conférences, les participants ont établi et présenté des plans d'action pour l'établissement de relations constructives patronat-syndicat en Thaïlande et pour la formation d'une stratégie visant à unifier le mouvement syndical. Ils ont également évoqué un plan annuel spécifique pour l’organisation d'un unique centre national et des plans d'action à propos des responsabilités et les rôles des fédérations industrielles et des syndicats d'entreprise.

Programme

DateContenu
06/21Sam1er jour du séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail
06/22Dim2ème jour du séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail

Photos des participants

Conférence de la JILAF

Aperçu d’une discussion de groupe

Questions et réponses des participants

Conférence par un professeur de l'Université de Thammasat

Les participants établissent des plans d'action

Un participant présente un plan d'actio