Programme d’Invitation des jeunes leaders syndicalistes de la KOILAF (Fondation Internationale du Travail de Corée)

Quatre syndicalistes japonais ont participé au programme d'invitation des jeunes leaders syndicalistes organisé par la Fondation Internationale du Travail de Corée (KOILAF) de la Fondation du Travail de Corée (KLF) et qui s'est tenu à Séoul en Corée du 19 au 24 mai dernier. Ce programme, lancé en 2008, a pour objectif d'offrir aux participants japonais l'opportunité d'apprendre les relations patronat-syndicat, les arrangements tripartites, la situation du travail, les activités des syndicats d'entreprise et des fédérations syndicales industrielles de Corée. Ce programme a également pour but d'approfondir la compréhension mutuelle, ainsi que d'augmenter la confiance et les échanges entre les syndicats des deux pays.
Le président de la Fondation du Travail de Corée (KLF), M. Park In-sang, a délivré un message de bienvenue emprunt de solidarité en déclarant : « Nous organisons ce programme d'invitation depuis 2008 et, jusqu'à aujourd'hui, nous avons eu des échanges d'idées dynamiques autour de problèmes tels que le travail précaire ou bien encore l'avancement de l'âge de départ à la retraite. Afin de rendre encore plus solide la relation de confiance entre la Corée et le Japon, il est nécessaire de renforcer les liens à travers la diplomatie du travail et celle du secteur privé. Les syndicats de nos deux pays n'ont jamais autant été amenés à jouer pleinement leurs rôles en ce sens. »
Parmi nombre d'activités, le programme consistait en (1) des explications sur la situation et les défis liés aux travailleurs intérimaires en Corée ainsi que sur le contenu des activités du Centre de Transition Professionnelle pour les plus de 40 ans ; (2) des conférences sur les relations patronat-syndicat en Corée ; (3) des explications sur le contenu et des échanges d'idées à propos de la Commission Tripartite patronat-syndicat-gouvernement (Commission de Développement Socioéconomique de Corée) ; (4) d'une visite de la Fédération des Syndicats Coréens (FKTU) et d' échanges d'idées ; (5) d'une visite du Centre d'Information Coréen sur l'Emploi ; (6) d'une visite d'un lieu de travail (SK Hynix Inc., fabricant de semi-conducteurs) ; (7) et d'un atelier sur la situation actuelle du travail intérimaire et les politiques de protection sociale dans les deux pays.
Lors de l'atelier, élément majeur du programme, japonais et coréens ont chacun effectué un exposé ayant pour thème la situation actuelle des travailleurs intérimaires ainsi que les politiques de protection sociale. Côté japonais, les présentations ont concerné la révision de la Loi sur le Contrat de Travail, la situation des travailleurs intérimaires, les efforts du RENGO (Confédération des Syndicats Japonais) pour résoudre ce problème, et les efforts de la Joho Roren (Fédération des Travailleurs des Services d'Information et de Communication du Japon) dans le cadre de la révision de la réglementation du travail. Côté coréen, la FKTU (Fédération des Syndicats Coréens) a présenté les réglementations relatives aux travailleurs intérimaires, les problèmes intrinsèques au système ainsi que les politiques de protection sociale. A l'occasion d'échanges d'idées animés, des questions ont été posées concernant par exemple le délai de réflexion dans la révision de la Loi sur le Contrat de Travail au Japon ou encore l'implication de la Commission de Développement Socioéconomique dans la réglementation du travail temporaire en Corée.
Finalement, un participant a déclaré : « Le Japon et la Corée partagent des problématiques similaires en terme de relations patronat-syndicat, par exemple concernant les défis d'une société vieillissante et à la natalité en berne ou encore la question du travail temporaire. Bien qu'il n'existe pas de solution miracle à ces problèmes, j'ai senti que si les syndicats japonais et coréens poursuivaient leurs échanges d'idées, nous pourrions trouver chacun une issue à ces problématiques. » Un autre a encore raconté : « J'ai senti que les relations de confiance entre la FKTU (Fédération des Syndicats Coréens) et la JTUC (Confédération des Syndicats Japonais) étaient extrêmement importantes pour renforcer les liens entre le Japon et la Corée. »

Programme

DateContenu
05/20LunPrésentation des activités de la KLF, conférences sur les relations patronat-syndicat en Corée
05/21MarVisite de la Commission de Développement Socioéconomique, visite du FKTU
05/22MerVisite du Centre d’Information Coréen sur l’Emploi, visite d’un lieu de travail (SK Hynix Inc.)
05/23JeuAtelier nippo-coréen

Discours d’introduction (orientation) de Park In-sang, président du KLF

Echange d’idées avec le FKTU

Visite d’un lieu de travail (SK Hynix Inc.)