Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail (IR) en Mongolie

Salutations du président lors de la cérémonie d’ouverture

En collaboration avec la Confédération des syndicats de Mongolie (CMTU), la JILAF a organisé les 21 et 22 juin le « Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail ». Le séminaire qui a eu lieu dans un hôtel d’Oulan-Bator a accueilli 80 personnes (45 femmes) dont les représentants des organisations de chaque district et les leaders de chaque organisation participante.

Le séminaire a commencé avec les discours d’ouverture de M. Amgalanbaatar, président de la CMTU et de M.Nagumo, président de la JILAF. Puis, M.Tsuji, leader du groupe de la JILAF a expliqué notamment quels sont « le rôle et les défis du mouvement syndical au Japon » et a commenté « le système de sécurité sociale au Japon » en tant que protection des travailleurs.

Les représentants des organisations tripartites ont ensuite fait le rapport de la situation actuelle sur le développement du dialogue social visant la création de relations patronat-syndicat constructives. Ce rapport a révélé que 1) le président de la CMTU a analysé en disant que « le dialogue social a pris du retard non seulement pour des raisons politiques telles que le changement de pouvoir politique mais aussi à cause du manque d’initiative des syndicats » et il a indiqué qu’ « il est désormais nécessaire de mener ce dialogue diligemment tout en se référant aux bons exemples ». 2) Un agent de la direction de la coordination du travail a expliqué la situation réelle des consultations tripartites patronat-syndicat-gouvernement. 3) Enfin, le vice-président de la MONEF (Fédération des employeurs mongols) a souligné que « ce dialogue, bien qu’il existe avec les grandes entreprises privées, ne s’est pas réalisé avec le gouvernement en partie à cause du changement de pouvoir politique, puis a ajouté : « j’apprécie la solidarité de la CMTU alors que celle-ci fait défaut parmi les organisations d’employeurs ».

Le représentant des syndicats a ensuite présenté les bons exemples du dialogue et a cité plusieurs cas d’actions positives dans les provinces. Il a ainsi affirmé que les relations patronat-syndicat sont en progrès constant bien que cette évolution soit lente. La JILAF a apporté son commentaire en indiquant qu’« il est important que les partenaires sociaux s’apprécient mutuellement et qu’en conséquence les syndicats fassent des efforts. Nous voulons présenter nos respects à la CMTU pour ses activités assidues ».

Au 2ème jour du séminaire, l’agence de surveillance spécialisée a donné un rapport de la situation actuelle sur les relations de coopération entre le gouvernement et les syndicats incluant la nomination des surveillants vacataires (fonction cumulée avec celle du syndicat), et a souligné la nécessité pour les partenaires sociaux de remplir leur mission avec plus de responsabilité au fur et à mesure que leurs rapports de coopération se consolident.
Le responsable du service du développement du dialogue social à l’Agence du travail et de la sécurité sociale, a présenté les résultats obtenus grâce au développement du dialogue entre les trois partenaires au sein du bureau d’étude sur le travail et la sécurité sociale, et quelques bons exemples de relations patronat-syndicat et de négociations collectives initiées par le dialogue social, avant de discuter avec d’autres participants du projet des syndicats visant les progrès dans le dialogue social.

Lors de la cérémonie de clôture, M. Amgalanbaatar a présenté la synthèse des résultats et exprimé ses souhaits en disant : « L’organisation de ce séminaire a rencontré quelques difficultés parce qu’il a eu lieu juste avant l’élection présidentielle », « L’important, c’est de devenir un acteur social reconnu. Il est intéressant d’avoir pu présenter des exemples positifs et on devrait en informer les autres » et « Les participants sont venus également du monde scientifique et j’espère que ce séminaire servira aux prochaines activités syndicales ». Pour finir le séminaire, M. Nagumo a exprimé ses attentes pour les 100 prochaines années et présenté ses remerciements aux acteurs concernés en disant : « j’ai ressenti l’importance des 100 années d’histoire de la CMTU. Les syndicats sont basés sur l’esprit d’entraide, et cet esprit devrait régner non seulement à l’intérieur des organismes mais aussi au sein de la population entière. J’espère que les prochains syndicats auront la confiance des citoyens ».

Programme

DateContenu
06/21Mer1er jour de séminaire
06/22Jeu2ème jour de séminaire

Photos des participants

Échange spontané de questions et réponses (1)

Questions et réponses actives (2)

Discussion de groupes