Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail au Sri Lanka organisé en commun par le CWC, la NTUF, le SLNSS et la JILAF

La JILAF a organisé à Colombo au Sri Lanka les 17 et 18 octobre un séminaire sur les relations patronat-syndicat et sur la politique du travail pour les dirigeants des trois organisations affiliées à l’ITUC : le Congrès des travailleurs de Ceylan (CWC), la Confédération des syndicats du Sri Lanka (NTUF) et le Sri Lanka Nidahas Sevaka Sangamaya (SLNSS). Ce séminaire a accueilli au total 58 personnes de ces organisations. Au cours du séminaire, après les comptes rendus de chaque organisation sur « l’impact de la mondialisation et les défis auxquels sont confrontés les syndicats », les participants ont discuté notamment de 1) la mission et du rôle des syndicats attendus dans le contexte de la mondialisation et de 2) la création de relations patronat-syndicat constructives et des efforts pour la stabilisation de l’emploi.

Après les salutations de M. Saito, Vice-Secrétaire Général de la JILAF, M. Arunsami, vice-président du CWC, M. Velayudam, président de la NTUF (et vice-secrétaire du SARTUC (South Asian Regional Trade Union Council : Conseil des syndicats régionaux de l'Asie du Sud)) et M. Lesley, secrétaire général du SLNSS ont présenté leurs remerciements à la JILAF et au gouvernement japonais pour leur soutien et leur collaboration continue. Ces trois intervenants ont également présenté les problèmes auxquels sont confrontés leurs centres nationaux (relations conflictuelles entre patrons et syndicats avérées et accentuées au rythme du progrès de la globalisation, modification du Code du Travail qui accorde de l’importance à la flexibilité de l’emploi, dégradation effective des conditions de travail dans le secteur de l’implantation et amplification de l’économie du secteur informel) puis ont souligné qu’« il est très important dans ce séminaire d’étudier les exemples japonais notamment dans le domaine des relations constructives patronat-syndicat et des efforts pour la stabilisation de l’emploi ».

M. Saito a ensuite donné une conférence sur la « Mise en place de relations constructives entre partenaires sociaux à la manière japonaise et la prévention des conflits de travail inutiles ». Puis plusieurs participants ont souligné qu’ « il est utile pour les deux parties, patronat et syndicat, de créer des relations (patronat-syndicat) constructives à la japonaise, cet équilibre étant d’autant plus nécessaire que les relations sociales se compliquent au rythme de la mondialisation » et que « le problème au Sri Lanka, est que les employeurs ne respectent pas les syndicats et n’y sont pas favorables ». M. Esupora, vice-secrétaire général de l’EFC (Employers' Federation of Ceylon : Fédération des employeurs de Ceylan), a, de son côté effectué une présentation intitulée « Réalité de la mondialisation (One Global Village) et particularités et problèmes des relations patronat-syndicat au Sri Lanka (In Focus, the New Way to collaborate) » dans laquelle il a affirmé que « la clé pour le développement économique durable ne se trouve que dans la stabilité des relations patronat-syndicat sur la base d’une confiance mutuelle ». Il a ajouté qu’ « il espère beaucoup de ce séminaire pour étudier les relations patronat - syndicat au Japon ».

Ensuite, les participants se sont divisés en trois groupes en fonction de leur appartenance au centre national pour participer respectivement aux cours donnés sur les thèmes suivants : « Problèmes posés par les relations patronat-syndicat dans la mondialisation / Pour la création de relations patronat-syndicat constructives et la stabilisation de l’emploi ». Les participants ont parlé de l’impact négatif de la mondialisation sur la lantation au Sri Lanka et ont indiqué la nécessité , pour améliorer la vie des syndiqués 1) de contribuer à l'amélioration de la productivité et de la qualité afin d’ assurer la compétitivité (nouvelle cible des exportations : la Russie), 2) de créer une relation de confiance réciproque avec les employeurs et 3) de comprendre la situation financière de l’entreprise et de demander une répartition équitable du travail en fonction de la puissance de l’entreprise.

Après les débats de groupes au deuxième jour sur le thème « Mettre en place des relations constructives patronat-syndicat dans une économie mondiale », on a mis en exergue la conscience commune de la « nécessité d’établir des relations de confiance avec les patrons pour parvenir à des relations patronat-syndicat constructives et cela grâce à la contribution à l'amélioration de la productivité et de la qualité pour assurer la compétitivité. On a alors présenté les propositions suivantes : 1) saisir les tendances du marché mondial / fixer un plan d’activités et comprendre la situation financière de son entreprise à travers des échanges patronat-syndicat officieux mais réguliers (mensuels) ; 2) sensibiliser les employeurs et les membres des syndicats à la mise en place de relations patronat-syndicat constructives et former les ressources humaines ;
3) demander la répartition équitable du travail en fonction de la puissance financière de l’entreprise ; On a également formulé les demandes suivantes : 4) appliquer les connaissances acquises au cours du séminaire sur le lieu de travail avec l’aide des partenaires japonais ; 5) poursuivre ce séminaire dans les années à venir pour créer des relations patronat-syndicat à la japonaise. Le déroulement de ce séminaire a été diffusé dans une émission de la chaîne nationale SLBC, et sur les chaînes privées (le NEWS 1st et l’IBC, etc.).

Programme

DateContenu
10/17Lun1er jour du séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail
10/18Mar2ème jour du séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail

Photos des participants

Cérémonie d’ouverture

Discours donné par la JILAF

Discours donné par la confédération patronale

Réunion par groupes

Discussion de groupes

Présentation du plan d’activités