Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail (IR) organisé avec la collaboration de l’INTUC et de la JILAF en Inde (Reportage)

La JILAF a, en collaboration avec le Conseil National des Syndicats Indiens (INTUC), organisé à Vijayawada dans l’État d’Andhra Pradesh en Inde un séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail les 6 et 7 juillet. 24 dirigeants y ont participé (y compris 3 membres des syndicats des sociétés japonaises implantées). Vijayawada dans l’État d’Andhra Pradesh, où ce séminaire s’est tenu, est une grande ville jouxtant Amaravati devenu, lors de la division de l’État en 2014, la nouvelle capitale du même état et dont on prévoit la fin de la construction en 2024. Lors du séminaire, on a approfondi les discussions sur les thèmes principaux du « rôle des syndicats dans la prévention des conflits du travail » et du « rôle important des syndicats dans l’accueil des entreprises multinationales » dans le contexte de la présence accrue des entreprises japonaises dans cette région.

Après les salutations des représentants de la JILAF et de l’INTUC, M. G.W.GOUDE ANBEKARL , président de l’Institut du travail (organisme de recherche attaché à l’INTUC) a donné un discours sur le thème « les modifications de la législation du travail et son influence sur les relations patronat-syndicat ». Et les représentants de la JILAF ont, de leur côté, prononcé deux discours, l’un concernant « la structure des organisations syndicales japonaises et leurs activités, notamment les revendications de salaire et leurs négociations, le système de consultation patronat-syndicat et les actions pour réaliser la politique » et l’autre intitulé « Le rôle des syndicats dans les développements futurs ».

Les participants ont rappelé que « l’application des différentes lois sur la garantie minimum comme celles relatives au salaire minimum, à la sécurité sociale, etc. n’avance pas », et que « le nombre des syndiqués ainsi que le système d’enregistrement entravent la bonne marche des négociations », etc. On a évoqué également les différences entre le Japon et l’Inde lorsqu’il existe plusieurs syndicats dans une même entreprise (système d’authentification et d’enregistrement des syndicats, obligation de satisfaire les négociations collectives, etc.), et l’influence notamment sur le parcours des négociations et les conditions de travail. On a également parlé du respect des normes par les entreprises multinationales. Les participants se sont par ailleurs entretenus de l’attitude des employeurs vis-à-vis des syndicats au Japon, dans les entreprises japonaises implantées en Inde, ou encore de la politique destinée à stimuler la demande intérieure nécessaire pour créer le marché national (y compris la suppression des écarts).

Lors du deuxième jour, les participants se sont répartis en trois groupes pour discuter et présenter leurs avis sur les thèmes « le rôle des syndicats dans la prévention des conflits du travail » et « les problèmes inhérents à l’élargissement et au renforcement des organisations ainsi que leur résolution ». Dans cette session, on a cité certains problèmes comme : les garanties sociales limitées à cause d’un grand nombre de non syndiqués ; la difficulté de se rallier au syndicat unique à cause de la manière stricte dont les employeurs définissent « la classe des cadres » ; l’insuffisance de la formation des ressources humaines. Et on a souligné, en tant que réaction à tous ces défis, la nécessité d’appeler les travailleurs à se rallier aux mouvements ouvriers, la nécessité de renforcer les négociations avec les employeurs et celle d’améliorer les conditions de travail / le niveau de vie via la réalisation des mesures politiques. Certains participants ont, en outre, évoqué d’autres problèmes tels que les défauts d'application de la sécurité sociale, les abus liés à la cohabitation de plusieurs syndicats dans un même établissement ou la difficulté à traiter le manque de collaboration dans un organisme donné.

M. Masayuki Shioda, Secrétaire général a résumé le séminaire en indiquant que « les activités syndicales doivent être enracinées sur le lieu de travail. Il faut faire savoir quotidiennement non seulement aux adhérents mais aussi aux employés non syndiqués à qui ils peuvent s’adresser pour les questions syndicales et, en même temps, il est important d’affermir l’assise financière de l’organisme. L’amélioration du lieu de travail et la résolution des problèmes individuels sont des activités quotidiennes. Elles impliquent une relation de confiance entre partenaires sociaux. Je souhaite donc que les acteurs poursuivent un dialogue positif ». Le Secrétaire général a également souligné la nécessité d’améliorer la réactivité des syndicats, avec en toile de fond l’élargissement et le renforcement des organisations. Enfin, M. JAGANADN, Secrétaire général de l’INTUC a exprimé son souhait de la manière suivante avant de clore le séminaire : « Il est très significatif que ce séminaire ait eu lieu dans cette ville où l’investissement des capitaux étrangers va en s’accroîssant. Je souhaite que les participants emportent sur chacun de leur lieu de travail ce qu’ils ont acquis ici et qu’ils mettent sans faute cet acquis en pratique ».

Programme

DateContenu
07/06Mer1er jour de séminaire
07/07Jeu2ème jour de séminaire
07/08VenVisite du chantier du nouveau bâtiment administratif à Andhra Pradesh, (près d’Amaravati)

Photos des participants

Salutation offerte par M.par V.R.JAGANADN, membre du comité exécutif central de l’INTUC

Discours donné par M. G.W.GOUDE ANBEKARL, Président de

Discussion en groupe