Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail en Indonésie

La JILAF, en collaboration avec la CITU (Confederation of Indonesian Trade Unions) a organisé, à la ville de Bekasi dans la province de Java occidental en Indonésie, les 4 et 5 novembre, le « Séminaire CITU/JILAF sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail ».
Le séminaire qui jusqu’à présent était en général organisé à Jakarta, s’est tenu, cette fois-ci, à Bekasi, ville voisine située à l’Est de la capitale où sont dispersées les villes industrielles et où sont implantées beaucoup d’entreprises japonaises avec leurs bureaux.
Le séminaire a accueilli 80 personnes, c’est à dire les conférenciers (invité de l'ambassade du Japon en Indonésie, représentant du Ministère du Travail et de l’immigration, représentant de la Fédération des employeurs) et les participants (leaders des branches de la CITU et des organisations adhérentes, dont 25 femmes). En reflétant le lieu d’accueil, On a compté plus de 30 participants membres des syndicats des entreprises japonaises.
Lors du discours d’ouverture, M. Ali Akbar, Vice-Président de la CITU, a, en tant que représentant d’un co-organisateur fait remarquer que « Même les entreprises japonaises sont concernées par les problèmes entre le patronat et les syndicats, bien qu’à un degré différent des entreprises des autres pays ». M. Danno, Directeur exécutif de la JILAF, a de son côté souligné que « L’Indonésie qui met à profit ses ressources abondantes et est en phase de développement, va poursuivre sa croissance à la faveur de sa demande intérieure. En revanche, elle a encore des défis à relever dans les relations patronat-syndicat et l’amélioration des conditions de vie. La société indonésienne exige donc la mise en place de systèmes juridiques appropriés».M. Shinitirou Honda, Le premier secrétaire de l'ambassade du Japon en Indonésie a dit en guise de salutations que « Le rôle des syndicats est important pour le développement économique. Le Japon a aussi surmonté une période difficile de conflits de travail pour mettre en place les relations patronat-syndicat d'aujourd'hui. L’ouverture de ce séminaire tombe au moment opportun ».
Ensuite se sont tenues des conférences et des tables rondes qui ont été l’occasion pour les participants d’exprimer leurs avis. Le secrétaire général du CITU, M. Rusdi, dans sa conférence sur le thème « Le rôle des syndicats adapté à l’environnement de l’emploi et aux mesures connexes , a expliqué que les mesures étudiées par le syndicat ne sont pas limitées aux salaires, mais qu’il faut aussi tenir compte de la sécurité sociale, des ressources et des capacités d'investissement de la société, des évolutions financières, de la politique industrielle telle que la chaîne d'approvisionnement mondiale, et a rappelé que son rôle n’est pas limité à la lutte.
M. Dannno , dans sa conférence sur le thème « la formation des mouvements syndicaux au Japon et les caractéristiques des relations patronat-syndicat », a souligné l’importance de la construction de relations de confiance entre travailleurs et employeurs, et la nécessité des efforts pour la stabilisation de l’emploi. Il a ensuite résumé l’histoire des relations patronat-syndicat au Japon en effectuant une comparaison avec les relations patronat-syndicat actuelles en Indonésie. Et il a enfin rappelé qu’« Il n'y a pas de sens si la demande d’ "augmentation de salaire" est satisfaite mais entraîne "l'inflation". Il est nécessaire d’élaborer des mesures politiques et de présenter des revendications prenant en compte les conditions de vie générales des travailleurs ».
Sa conférence a suscité les réactions suivantes des membres des entreprises japonaises : « Qu’est-ce que les travailleurs peuvent faire face au gouvernement contrôlé par le grand capital et qui soutient les employeurs ? » ; « Est-ce qu’au Japon, il n’y a pas de grandes manifestations pour l’amélioration des conditions de vie ? » ; « Je veux que la JILAF agisse auprès du gouvernement ou qu’elle établisse la liaison avec nos homologues japonais ». Le conférencier a répondu que : « La discussion tripartite est importante et qu’il faut demander la mise en place d’un’organe collégial » ; « Même au Japon, les syndicats mènent de grandes actions. La stabilité des relations patronat-syndicat est une autre question. Les efforts de consultation devraient précéder les affrontements ». Les personnes venues des entreprises japonaises ont montré leur grand intérêt en posant des questions et en échangeant leurs avis.
Ensuite, M. Yoshihiro Kobi, membre du Comité spécial du JCC (The Jakarta Japan Club), salarié d’une société locale de développement des terrains industriels a donné une conférence intitulée « Distribution équitable et développement économique durable » dans laquelle il a souligné « l’importance des discussions patronat-syndicat » et a attiré l’attention sur « le rôle du syndicat ».
M. Wahyu, Directeur du Ministère du Travail et de l’immigration a fait un exposé sur le régime des retraites mis en vigueur au mois de juillet cette année et a expliqué la structure et la mise en pratique du régime conformément aux règlements nouvellement promulgués (no. 45 et 46 etc. du Décret).
M. Danno, le Vice-Président de la CITU et M. Haryono, spécialiste de l’APINDO (Asosiasi Pengusaha Indonesia ; Association des employeurs de l'Indonésie) ont animé les tables rondes à l’issue du premier jour, autour du thème, « amélioration de l’environnement du lieu de travail ». Dans la discussion, on a évoqué les désastres provoqués par l’explosion de la nouvelle usine de cosmétiques médicaux au capital japonais, qui a eu lieu en juillet et qui a fait des morts et des blessés. M. Danno, a rappelé l'importance des efforts faits par le patronat et le syndicat pour améliorer l’environnement à travers les relations quotidiennes entre employeurs et employés.
Au deuxième jour du séminaire, les participants se sont divisés en trois groupes de travail pour discuter de la « Sécurité de l'emploi permanent », du « Démarrage du régime de retraite et des mesures correspondantes prises par le syndicat », de l’« Amélioration de l’environnement du lieu de travail » avant de faire le rapport sur les discussions au cours de la réunion générale. M.Danno a effectué la synthèse du séminaire en expliquant qu’« Une entreprise ne peut exister seule par ses fonds et ses équipements. L’emploi permanent et le développement des activités nécessitent la coopération avec les travailleurs », et il a souligné l’importance des « efforts pour l’amélioration de l’environnement du lieu de travail au Japon sur la base des discussions, » et de l’« assurance des ressources de fonds de retraite ». M. Ali Akbar a clos le séminaire en proposant que « Ce séminaire devrait tenir pendant trois jours pour mieux enrichir son contenu et animer davantage les discussions avec les participants » et en affirmant que « Je souhaite que les membres des syndicats de la capitale mais aussi ceux des provinces aient l’occasion d’y participer davantage. »

Programme

DateContenu
11/04Mer1er jour de séminaire
11/05Jeu2ème jour de séminaire

Photos des participants

discours d’ouverture

Secrétaire général du CITU, M. Rusdi

conférence donnée par M. Kobi, membre du Comité

explication sur le nouveau régime de retraite faite par M. Wahyu,, Directeur du Ministère du Travail et de l’Immigration

table ronde sur l’amélioration de l’environnement du lieu de travail

groupe de travail sur le thème « Sécurité de l'emploi permanent »